Dernier cycle

Dernière mise à jour : 12 mai 2021



Comme une machine, mon dernier cycle de vie a tourné à spin pendant sept ans. Sept ans de tout, tout en même temps ! Le pâle avec le foncé, les bobettes avec les serviettes, les chemises et les dentelles, tout !

Puis un jour, ma laveuse s’est détraquée laissant mon cœur en lambeau, mes émotions en guenille, mes principes éparpillés et mes petites laines détricotées. Toute la brassée s’est déchirée et j’ai cru que j’avais tout saccagé ! De mes lessives turbulentes ont ressurgi des petits bas dépareillés, des blue-jeans oubliés, des strings jamais portés et des bretelles esseulées. L’âme décousue, je ne m’y retrouvais plus.

Sans essorage ni permanent press, j’ai dû m’assouplir et revêtir mes essentiels. Pour ce cycle délicat, une vieille planche à laver et un savon doux sont de mise. Accroupie au bord de mon ruisseau de vie, acharnée à faire disparaître de vilaines taches, j’ai frotté parfois trop fort et gratté encore, jusqu’à en faire des trous et là, c’était pire que tout ! Impossible de tout restaurer, alors il a fallu jeter.

Un rancard avec mon placard s’est imposé. Face à mon miroir j’ai renoué avec mes fringues qui furent jadis, mes préférées. Bien sûr, la plupart ne m’allaient plus, devenues trop serrées, mal ajustées ou simplement démodées.

Alors j’ai tout vidé pour mieux trier ; par couleur, grandeur et coup de cœur. Les robes trop chics pour les reporter. Les blouses blanches tachées à coup sûr d’un cerne ou une éclaboussure. Le jeans parfait dans lequel j’espère un jour me réinsérer. Une chemise à carreaux et un coton ouaté troué, mais confo ! Des chaussettes qui piquent, des chandails défraîchis et ma robe de mariée jaunie. Dix manteaux pour quatre saisons et mille foulards pour toutes les occasions.

Face à l'avenir, témoins de mon passé dépassé, aucun de ces habits ne saura me convenir. Décidée à en finir, j'aligne près de la porte, trois poches bien bourrées de tout et de rien et enfin, je ne sens bien. Dévêtue, mise à nue, je mue. Mon corps mûr fait peau neuve. Je m'apprivoise toute vêtue de moi. Je m'admire comme je suis. J'insiste et je le vois bien, je me vais à ravir. @Manon Vincent

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout